Interview de Christina Chiotaki, volontaire européenne à Francophonia

Christina

 

Comment vous est venue l’idée de participer au volontariat européen ?

Le volontariat, pour moi, c'est la lutte pour une idée commune et une vision pour l’amélioration de la société. Il est une offre désintéressée et le respect des autres. En outre, il est un débat contradictoire dans ce modèle de « société moderne » où l'argent est le bien immodéré. Alors dans le cadre de mon volontariat européen, j’ai l’opportunité d'interagir avec les autres jeunes d’Europe dans une société en crise qui a besoin d’aide, maintenant. En ayant plusieurs expériences de volontariat dans mon pays et à l’étranger, je pense aujourd'hui que le « volontarisme » marque la jeunesse et reste toujours une trace inoubliable. Telle est ma motivation à participer à ce projet.

Quels sont vos ressentis de la vie en immersion dans une nouvelle langue ?

En vivant dans un autre pays et en travaillant dans une langue étrangère, je dois faire face à plusieurs difficultés, mais en même temps c'est un défi pour moi-même : pas seulement pour améliorer mon niveau linguistique mais aussi un défi personnel puisque je découvre, au quotidien, une nouvelle culture, une nouvelle mentalité.

Qu’est-ce qui vous manque le plus de votre pays ?

Vivre à Nice, dans une ville au bord de la mer, ne me rappelle pas beaucoup mon pays : mes bien-aimés me manquent et la cuisine grecque traditionnelle aussi.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le fait d’être ici ?

La promenade des Anglais est pour moi le meilleur lieu où se promener, se relaxer, spécialement au crépuscule où le ciel se pare de couleurs extraordinaire. Donc, finir le travail et rentrer chez moi quand le soleil se couche est un moment de la journée unique et je me sens reconnaissante pour ma vie à Nice.

Que comptez-vous tirer de cette expérience ?

Mon expérience comme volontaire m’aide : - à développer mes compétences professionnelles, - à savoir travailler et communiquer dans un environnement multiculturel et à être à l'aise, - à être plus sociable. C'est pour toutes ces raisons que je pense que cela m'aidera dans mon parcours professionnel futur.

 

Christina Chiotaki de Grèce,

Volontaire à Francophonia pour le Service Volontaire Européen

 

Interview mise en forme par Natura Auvergne